FOOTBALL BENINOIS : LA GUERRE DES CLANS

Publié le par Gillos de SOUZA

  anjorin_adjavon_sebastien.jpg Le football béninois faut-il le dire traverse une période difficile. En effet, le ballon rond ne roule plus au Bénin depuis l’avènement d’une crise née le 20 Décembre dernier après la démission de douze des quinze membres de la Fédération Béninoise de Football dirigée par Anjorin MOUCHARAFOU. Le camp dissident s’appuyant sur les textes de l’institution a tenue une assemblée générale élective le 04 Février dernier avec comme résultat l’élection de Victorien ATTOLOU à la tête de la FBF. Mais de l’autre côté, le camp des trois membres non démissionnaires est resté actif conduisant ainsi le football béninois sur un champ de bataille. Par conséquent la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) et la Confédération Africaine de Football (CAF) ont pris leurs responsabilités. Cependant la crise perdure…

 

            La Fédération Internationale de Football Association  (FIFA) a pensait-on mis  fin à la crise qui secoue depuis le 20 décembre 2010 la famille du football béninois en sortant le 03 mars dernier lors de son congrès une décision qui renvoie les protagonistes devant une assemblé générale prévue en mi-avril, afin de faire un vote de confiance ou de défiance du bureau actuel de la FBF dirigé par Anjorin MOUCHARAFOU. Mais c’est sans compter sur l’endurance et la ténacité de l’autre aile qui multiplie ces derniers temps des séances de travail et des points de presse. Les membres du nouveau comité exécutif, après leur saisine du Tribunal Arbitral des Sports (TAS) pour d’une part l’annulation  de la décision de la FIFA  conformément à l’article 31 des statuts régissant l’institution béninoise et d’autres parts pour la reconnaissance du bureau élu le 04 Février dernier  ayant à sa tête l’infatigable Victorien ATTOLOU viennent à nouveau de sonner le glas de l’autre camp lors de leur sortie médiatique le Jeudi 10 Mars dernier au Bénin Marina Hôtel (lieu fétiche ou ils siègent), en annonçant une décision spectaculaire faisant état de la suspension des Sieurs Anjorin MOUCHARAFOU, Quentin DIDAVI, Bertin AGONKAN et Valère GLELE de toute activité relative au football au Bénin respectivement pour une durée de 15 ans et 5 ans. Cette décision est également suivie d’une autre portant recomposition de la commission des arbitres avec à sa tête le toujours Victorien ATTOLOU. Ces derniers rebondissements montrent la ferme détermination de l’aile AJAVON à aller au bout de leur objectif, puisqu’avec cette nouvelle commission des arbitres, Anjorin MOUCHARAFOU jusque là président de ladite commission n’a plus le droit de désigner les arbitres devant officier les rencontres de la MOOV Ligue 1 et 2. Mais ce dernier avait déjà prévenu qu’ils iront jusqu’à organiser un championnat à 5.                   

       C’est désormais clair, chaque jour au Bénin permet à la crise le prendre de l’ampleur et jusqu’ici l’on ne sait quel sélectionneur amènera les Ecureuils à Abidjan disputer le match Côte d’Ivoire- Bénin  dans le cadre des éliminatoires CAN Gabon-Guinée Equatoriale 2012 car en effet pour Anjorin MOUCHARAFOU n’est plus le sélectionneur et l’entraîneur des Ecureuils du Bénin après qu’il l’ait limogé le 11 Février dernier. Désormais si les regards sont tournés vers le TAS, les fatidiques dates du 26 Mars pour ledit match et 9 et 10 Avril pour le démarrage du championnat constituent des carrefours aussi bien pour les locataires du Bénin Marina Hôtel que pour les membres cooptés reconnus par les instances faitières du football que sont la CAF et la FIFA. Un scénario à l’image de celui politique actuellement en cours en Côte d’Ivoire qui a encore de longs jours devant elle ; ceci au grand regret des joueurs mis au repos forcé mais aussi des supporters qui n’ont plus l’occasion de regarder leurs équipes produire du jeu sur le terrain .D’ailleurs, la récente chute de 11 rangs du Bénin rejoignant la 83è place à l’issu du classement FIFA illustre bien cette maladie du football béninois. Pourvu que le temps rattrape les uns et donne raison à d’autres tout en remettant le sport roi au Bénin sur de bons rails.

Commenter cet article